Patrick Raynal pour Cérium

l'auteur

Patrick Raynal

wikipedia
son facebook
Patrick Raynal, né le 1er juillet 1946 à Paris, est écrivain, éditeur, scénariste, traducteur et journaliste.
Il devient critique spécialisé en littérature policière pour Nice-Matin de 1982 à 1988. En 1982, il publie Un tueur dans les arbres, son premier roman. En 1989, il propose à Télérama un reportage aux États-Unis sur quatre écrivains de son panthéon américain (James Crumley, Jim Harrison, Tony Hillerman et Richard Ford). Il découvre au cours de ce voyage la ville de Missoula (Montana) et ses nombreux écrivains.
Considéré comme un spécialiste de la littérature américaine, il collabore, de 1990 à 1995, au journal Le Monde (Le Monde des Livres). La même année, il obtient le Prix Mystère de la Critique pour son roman Fenêtre sur femmes.
En 1991, Antoine Gallimard lui confie la direction de la Série Noire qu'il dirigera jusqu'en 2004. En 1992, il crée la collection La Noire dont la première couverture reproduit le négatif de la Collection Blanche de Gallimard. En 1995, dans le numéro de février de la revue Esprit (p. 77-96) il affirme que « le roman noir est l’avenir du roman ».
En novembre 2004, il rejoint les Éditions Fayard (Collection Fayard Noir). Cette collaboration cessera en novembre 2009 (après le départ de Claude Durand), cependant il continuera, après cette date, à assurer la direction littéraire de tous les ouvrages achetés sur ses conseils.
Également scénariste, il a participé, en 1998, à l'écriture du film Le Poulpe avec Jean-Bernard Pouy et Guillaume Nicloux.
Son ouvrage, Lettre à ma grand-mère (Flammarion), n'est pas un roman mais un récit autobiographique après la lecture du manuscrit de Marie Pfister, sa grand-mère, déportée à Ravensbrück pour faits de Résistance.
Il collabore à la revue XXI (reportage en automne 2008 : « Aux sources du polar nordique », XXI, no 3 et en 2009 : « Henning Mankell au Mozambique », XXI Hors série).
Auteur de nombreuses préfaces il a notamment signé celles des deux volumes de Georges Simenon, romans américains parus aux éditions Omnibus, 2009.
Depuis 2010, il enseigne le « creative writing » à l'Institut des Sciences Politiques.
En 2011, il dirige la collection « Vendredi 13 » au sein de la maison d’édition la Branche.
En 2015, il participe à la rédaction de l'ouvrage C'est l'histoire de la Série Noire 1945-2015 (ouvrage collectif, Gallimard, ISBN 978-2-07-010709-4)1,2 pour les 70 ans de la Série Noire.

Le livre

site de l'éditeur
écrit à,deux mains avec Gérard Filoche
Dans son atelier, un ouvrier chinois a le bras tranché. L'inspecteur du travail Jean Carré est appelé sur les lieux, mais est-ce bien un accident du travail ? Les crimes se multiplient dans les nombreuses boutiques chinoises du quartier. Ça saute, ça brûle, ça tue. Quelle est la cause de tout cela ? C'est bien la question que se posent Jean Carré et un certain Dan Moïse, officier de police de son état.
Le lendemain, une lettre anonyme dénonçant une cinquantaine d'entreprises chinoises pour trafics divers et prostitution parvient à l'inspection du travail. Depuis les Croisades et les Templiers, c'est le quartier des "batteurs de métaux", toujours importés de loin. Le flic subodore la main de la mafia chinoise, Jean Carré y pressent une ombre beaucoup moins exotique... Lequel des deux inspecteurs, de la police ou du travail, va mener l'enquête ?

Ce roman nous plonge dans l'un des plus vieux quartiers de Paris qui abrite une des communautés chinoises les plus anciennes de la capitale. Jean Carré, pris dans l'étau d'une société libérale prête à tout pour contourner les lois, y perdra son latin, son intégrité physique et presque sa famille.